Actualités

L’histoire de notre kimono

par {{ author }} Céline Lévy au Aug 31, 2022

L’histoire de notre kimono

Hello toi cette semaine nous allons parler du kimono. Savez vous d’ou il vient? Son histoire? La signification des couleurs?

Le kimono est un vêtement traditionnel symbole de la culture du Japon, le kimono fait rêver les touristes et les photographes. D’abord porté par l’aristocratie, puis par les geisha et les acteurs, puis par le peuple, son histoire a connu des hauts et des bas avant qu’il devienne la tenue officielle des cérémonies japonaises… et une expérience incontournable à faire dans les lieux touristiques.

Le kimono moderne est en réalité le “sous-vêtement” d’hier

Le kimono tel que nous le connaissons aujourd’hui s’appelait autrefois kosode (ancêtre direct du kimono caractérisé par d’étroites ouvertures pour les mains à l’extrémité des manches.) C'est un sous-vêtement porté sous une veste et un pantalon large. Cette pièce de soie en forme de T était portée près du corps, sous d’autres couches de vêtement, et les manches étaient plutôt courtes.

Si son apparition remonte à l’ère Heian (794-1185), ce style vestimentaire a été importé de Chine. Le terme même de kimono, apparu plus tard au XIIIème siècle, est avant tout une référence au vêtement en général, puisque le mot combine le verbe porter (kiru) et le mot chose (mono) : ki-mono. « Ce que l’on porte sur soi ».

Ce n’est donc qu’avec l’introduction de la mode occidentale, durant l’ère Meiji (1868 – 1912), que sa définition évolue. Il devient alors le synonyme de kosode et le kimono tel que les touristes peuvent aujourd’hui s’amuser à essayer pour une séance de photo souvenirs.

De l’aristocratie à monsieur et madame Tout-le-monde

À l’origine, seule l’aristocratie a les moyens d’investir dans des pièces vestimentaires raffinées qui témoignent de sa richesse. Au fil des siècles, le kimono est adopté par les geisha, dames de compagnie des hommes fortunés, et par les acteurs de théâtre kabuki. Sa popularité prend un coup dans l’aile lorsque Tokugawa, cinquième shogun du Japon, interdit à la population de porter des vêtements ostentatoires. Mais face à cette austérité imposée, les fabricants se rebiffent et font preuve d’ingéniosité. Tout en créant des vêtements d’apparence ordinaire, ils brodent des motifs très raffinés mais visiblement seulement reconnus des connaisseurs qui sauront regarder la soie de très, très près.

Remis au goût du jour durant le XIXe, le kimono tombe de nouveau en disgrâce durant l’ère Meiji. Cette fois, c’est l’ouverture aux nations étrangères et aux marchands qui bouleverse la mode japonaise avec l’introduction des vêtements occidentaux jugés très chics. Le gouvernement japonais, désireux de pousser son pays vers la modernité, encourage vivement les Japonais à adopter les costumes européens. C’est à cette époque qu’apparaissent les uniformes militaires et les uniformes scolaires japonais tels que nous les connaissons aujourd’hui.

À chaque saison son kimono

L’appellation kimono recouvre en réalité plusieurs variantes de cette robe en forme de T. Tout d’abord, le tissu et le doublage varient en fonction des saisons. En été, les japonais portent le katabira (en raphia) ou le hitoe (en soie), modèles légers pour faire face à la canicule estivale. En hiver, en revanche, ils portent le uchikake, qui est doublé pour faire face au froid. Attention à ne pas confondre le kimono avec le yukata, porté traditionnellement en été et considéré comme un vêtement de nuit.

Le genre et l’âge influencent aussi le kimono. Ainsi les hommes le portent-ils avec peu d’accessoires et un pantalon appelé hakama. Les couleurs des kimonos masculins sont sobres, unies et les motifs très classiques et effacés. Seuls les rikishi, lutteurs de sumo, se fendent de kimonos aux couleurs criardes et, vu leur carure imposante, personne n’y trouve à y redire !

Les femmes japonaises, en revanche, se constituent une penderie un peu plus conséquente. En effet, il existe de nombreux kimonos en fonction de leur âge mais aussi des circonstances. Retenez simplement qu’elles portent le furisode, à manches longues, pour la cérémonie du passage à l’âge adulte et le tomosode, à manches courtes, pour les cérémonies une fois qu’elles sont mariées.

Le kimono est porté occasionnellement

Désormais, le kimono est un vêtement traditionnel que les Japonais affectionnent et gardent pour les cérémonies: mariage, enterrement, première visite de l’année à un temple (hatsumode). Le kimono est aussi associé à de nombreuses fêtes et à des jours fériés, tels que le Seijin no hi, jour qui marque le passage à l’âge adulte des jeunes Japonais, célébré le deuxième lundi de janvier.

Les enfants portent pour la première fois le kimono en novembre, pour la fête du Shichi-go-san, qui célèbre les jeunes enfants de 3 ans, les garçons de 5 ans et les filles de 7 ans. À cette occasion, les familles louent les services de photographes professionnels pour immortaliser ce rite de passage important.

Enfiler un kimono et ses accessoires demande des gestes précis traditionnellement enseignés par les parents à leurs enfants. Mais si la majorité des Japonais portent le kimono une fois dans leur vie, ils ne sont qu’un peu moins de 40% à en posséder un. Aussi font-ils plutôt appel à des stylistes professionnels ou à des écoles spécialisées pour apprendre à le porter dignement.

Longtemps vêtement de luxe, le kimono est maintenant à la portée de toutes les bourses pourvu que l’on mette de côté la qualité du tissu. Cependant les familles japonaises les plus fortunées n’hésitent pas à investir dans des kimonos de très bonne facture, qui sont légués aux enfants. Ces kimonos portent en général le kamon, c’est-à-dire le blason familial. Car aujourd’hui encore, les clans régionaux d’hier comptent aux yeux des Japonais les plus traditionalistes .

Quels est la signification des couleurs ?

Un code vestimentaire unique pour le Japon, le kimono représente une culture nippone qui est restée indemne depuis des décennies. La tradition du kimono demeure sacrée dans ce pays d’émerveillement, dépaysant et fascinant.

Le kimono qui signifie « chose que l’on porte sur soi », est une tenue traditionnelle pour les Japonais, hommes et femmes. Un style de vêtement large et ample, le kimono est conçu pour offrir un maximum de confort, il est généralement souple et respirant. De plus, le choix du couleur du kimono possède des significations particulières pour les Japonais.

LE KIMONO ROUGE :

Le kimono rouge signifie Aka en japonais. La couleur désigne la richesse, le pouvoir et un bon statut au sein de la population japonaise. Le kimono rouge est associé à la prospérité et le bon augure. Autrefois porté quand on souhaite optimiser ses chances de gagner dans un combat, plus tard, la couleur rouge est choisie pour les grands événements comme le mariage. Le kimono rouge est sensé porter bonheur aux jeunes mariés.

LE KIMONO BLANC :

Shiro pour les Japonais, la couleur blanche symbolise la pureté. Ainsi, les kimonos blancs sont considérés comme des tenues réservées aux prêtres et pour les cérémonies religieuses. C’est une couleur sacrée qui est associée à la divinité et à la consécration. Par ailleurs, le kimono blanc est également porté pour les funérailles et les enterrements.

LE KIMONO BLEU :

La couleur bleue signifie littéralement Ai dans la langue japonaise, qui signifie paix et sérénité. Le kimono bleu est destiné pour le travail et les tâches quotidiennes. D’ailleurs, durant l’époque d’Edo, les kimonos bleus étaient vus comme la tenue de travail des personnes appartenant aux classes inférieures. Pour obtenir la couleur bleue, les Japonais ont utilisé des teintures en provenance des feuilles fraiches de Tadeaj, une plante typique de Japon ou encore à partir du procédé de teinture en cuve des végétaux séchés fermentés. La coloration des kimonos traditionnels se fait avec des teintes naturelles et  résistantes.

LE KIMONO NOIR :

Autrefois, le kimono noir était associé au malheur, tristesse ou encore le chagrin. Le kimono noir est également appelé Kuro au Japon. Il était fréquent de le porter pour des occasions plus formelles. Plus tard, le kimono noir était considéré comme un symbole de dignité. Il avait les mêmes valeurs que les costumes en noirs des gentlemans de nos jours. Habituellement décoré avec  le kamon ou l’emblème familial, le kimono noir peut également servir pour robe de mariée aux jeunes japonaises.

LE KIMONO ROSE :

Un kimono moderne, aux couleurs gaies et tendances, le kimono rose signifie pareillement Pinku. Un kimono qui arbore la jeunesse, la bonne humeur et la renaissance, il est parfait pour les occasions agréables comme les printemps ou la fête de la floraison des cerisiers.  D‘autre part, le kimono rose évoque la sensualité et la féminité. C’est pourquoi, il est surtout porté par les femmes.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.